Recherche en robotique et sur les organes artificiels dans la Station Spatiale Internationale

Patrick Lesggie

Le manipulateur dextre à usage spécial (également connu sous le nom de Dextre), une main robotique fine-tunée conçue et construite par l’Agence spatiale canadienne, est photographié devant les panneaux solaires principaux de la Station spatiale internationale alors que le complexe orbital survolait 260 miles au-dessus de l’océan Pacifique. Dextre est attaché à l’effecteur ou à l’extrémité avant du bras robotique Canadarm2. Crédit : NASA

L’équipage de l’Expédition 70 a concentré ses recherches sur la robotique, les organes artificiels et les contrôles oculaires à bord de la Station spatiale internationale (ISS) mercredi. Le septuor orbital a également travaillé sur une variété de tâches de maintenance de la vie et de la science tout au long de la journée.

L’ingénieur de vol de la NASA Loral O’Hara a commencé mardi à configurer une expérience qui explorera comment les CubeSats équipés d’un bras robotique pourraient être utilisés pour réparer de plus grands satellites. Elle a installé du matériel à l’intérieur du module de laboratoire en gravité zéro Destiny pour l’expérience visant à démontrer l’inspection et la réparation en orbite de satellites.

Lake Barlee vu depuis la Station spatiale

Le deuxième plus grand lac d’Australie occidentale, le lac Barlee, est vu depuis la Station spatiale internationale alors qu’elle est en orbite à 262 miles au-dessus. Pendant la majeure partie de l’année, le lit salé du lac est sec, mais se remplit d’eau de crue lors de séries de fortes pluies. Crédit : NASA

Ensuite, O’Hara s’est déplacée vers le module de laboratoire Kibo et a traité et rangé des échantillons qui seront analysés pour comprendre la santé de la reproduction et la perte osseuse en micropesanteur. L’ingénieur de vol de la NASA Jasmin Moghbeli a nettoyé le module de laboratoire de sciences de la vie de Kibo et a rangé le matériel de recherche après le travail d’échantillonnage d’O’Hara.

Plus tôt dans la journée, Moghbeli a aidé le commandant Andreas Mogensen de l’ESA (Agence spatiale européenne) à remplacer des composants qui analysent les éléments dans l’air de la station spatiale. A la fin de la journée, Moghbeli a scanné les yeux et les rétines de Mogensen et O’Hara à l’aide d’un matériel d’imagerie médicale standard, analogue à l’imagerie par ultrasons, que l’on trouve dans le cabinet d’un médecin sur Terre.

L'astronaute de la JAXA Satoshi Furukawa travaille sur le matériel de retrait du dioxyde de carbone

L’astronaute de la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) et ingénieur de vol de l’Expédition 70, Satoshi Furukawa, travaille sur le matériel de retrait du dioxyde de carbone à l’intérieur du module de laboratoire Destiny de la Station spatiale internationale. Crédit : NASA

L’ingénieur de vol Satoshi Furukawa de la JAXA (Agence d’exploration aérospatiale japonaise) a passé sa journée à travailler avec une paire de microscopes. Le matin, Furukawa a activé le microscope confocal pour imager des échantillons de cultures d’organoïdes dans le cadre d’une investigation explorant la médecine régénérative, ou la création d’organes artificiels en micropesanteur. L’après-midi, le résident de la station spatiale, à deux reprises, de la JAXA a installé le microscope Kermit pour un contrôle commandé depuis le sol de sa capacité d’imagerie lors d’un test de vibration.

Le vétéran cosmonaute Oleg Kononenko a poursuivi ses inspections à l’intérieur du module de service Zvezda puis a vidéo filmé et photographié ses coéquipiers au travail à bord du laboratoire orbital. L’ingénieur de vol de Roscosmos Nikolai Chub a testé un ordinateur portable dans le module de science Nauka, a transféré des fluides dans le cargot Progress 86 et a photographié des panneaux à l’intérieur du module Poisk en fin de journée. Le cosmonaute Konstantin Borisov a passé sa journée à nettoyer les systèmes de ventilation et le matériel électronique dans les modules Nauka et Zvezda.